14 ZA Le Colombier 31460 Caraman 05 59 23 29 00
Actualités, Coin café

 L’ambiance est joviale. Chacun cache à l’autre ses propres soucis. Les blagues de la semaine vont bon train. Un café puis deux et c’est la route qui s’impose. La salle se vide pour quelques heures. Seuls Dominique et Claude prennent plus de temps que d’accoutumée. Ils sont toujours sur la bouffée d’oxygène qu’ils ont pu prendre à la 17ème Université du transport sanitaire de Bordeaux.

Dominique : « Cela fait du bien d’enrichir notre regard sur ce qui entoure le transport sanitaire. C’est une vraie chance, on a côtoyé des intervenants de très bonne facture ». Claude : « Il y avait de la qualité, mais ce qui m’a aussi surpris c’est le nombre de confrères qui sont venus pendant ces deux jours, plus de 1100 entrées en 48 h, parait-il ». Dominique : « Cela ne m’étonne pas et quelle sérénité ! ». Claude : « C’est certain que les organisateurs ne nous invitent pas à regarder notre avenir par le petit bout de la lorgnette ». Dominique : « C’est drôle comme impression, on y va avec nos problèmes d’entreprise, le nez dans le guidon et l’on repart avec une vision optimiste, c’est vraiment stimulant. » Claude : « On repart avec une vision mais aussi avec des pistes sérieuses d’optimisation de nos entreprises » Dominique : « C’est vrai que leur plan stratégique est repris par les administrations, les ARS et certains hospitaliers. C’est un travail en profondeur qui va servir à ceux qui ont compris tout l’intérêt de ces propositions ». Claude : « Cela nous change des rendez-vous stériles qui nous font aller dans la rue ». Dominique : « C’est sûr, un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse ! ». Claude : « Tu deviens philosophe ? Tu as raison, on voit bien qui travaille pour l’intérêt général des entreprises du transport sanitaire. Je les préfère à ceux qui nous utilisent pour défendre leurs chapelles ». Dominique : « Dans le dernier rapport de la MECSS on retrouve bien cette différence entre ceux qui proposent et ceux qui ne font que constater ». Claude : « Tu peux en dire plus ? » Dominique : « Ce rapport montre bien les dysfonctionnements du transport sanitaire. Il cible bien les incohérences de l’état, la complexité des règles établies et leurs difficultés d’y remédier. Trop d’acteurs non coordonnés créent des effets pervers qui sonnent la fin d’un système. Claude : « Ce constat n’est pas nouveau. Depuis plus de 6 ans on entend la FNTS dire qu’il faut changer de modèle économique et social ». Dominique : « C’est vrai que toutes les fédérations ont fait le même constat. Il y en a qui mettent en avant l’intérêt du covoiturage en oubliant de dire que depuis toutes ces années ils ont agi contre cette idée ! ». Claude : « Tu as raison il y a ceux-là et ceux qui sont entendus, ceux qui font des propositions pertinentes. Cela ressort bien dans ce rapport ». Dominique : « Quand tu dis cela tu penses en particulier à la FNTS ? ». Claude : « Hé oui, quand il y en a qui font de la musique de chambre d’autres agissent tambour battant ! » Dominique : « Tu as raison notre confiance doit être donnée à ceux qui nous conduisent vers la modernité et le retour à l’équilibre de nos entreprises ». Claude : « Tu as vu le travail sur la formation continue, que la FNTS va mettre sur le Web, pour les salariés ? ». Dominique : « C’est super, on en parlera une prochaine fois, je dois y aller, bonne journée. Bon Noël à toi et ta famille ».
0

Actualités

Le cahier des charges relatif à l’expérimentation  de modalités  d’organisation et de financement des transports sanitaires urgents vient de nous être communiqué comme annoncé par Monsieur Dubeaupuis, DGOS, lors de la 17ème Université du transport sanitaire à Bordeaux.

En vous transmettant copie de celui-ci et celle du décret à paraître, vous pourrez constater que ces documents suivent, à plus de 95%, les préconisations et propositions formulées depuis plus de 5 ans. En reprenant le plan stratégique 2012 – 2015, du transport sanitaire, vous retrouverez les traces de notre influence et celles d’un travail pragmatique que nous effectuons  années après années de façon constante et déterminée. L’aventure des expérimentations va bientôt s’ouvrir. Les entreprises du transport sanitaire privé doivent  reprendre leur légitimité, à nous d’être à la hauteur de nos espérances. Nous soutiendrons tous les confrères  engagés dans ces programmes tout au long de ces expérimentations. Télécharger les documents ci dessous pour en prendre connaissance decret

arrete

0

Actualités, Flash infos

990adeb4-b86f-4f07-b07a-7c7f28f95eb0

Ni découragement, Ni euphorie

Bercy-ministere-de-l-Economie-et-du-Budget_scalewidth_630Nous attendions un rendez-vous avec Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie, du Redressement productif et du numérique pour qu’il perçoive la réalité du transport sanitaire. Son départ précipité du Ministère nous a conduits à solliciter un rendez-vous avec le nouveau Ministre, Emmanuel  Macron. Le Président de la FNTS était accompagné des présidents  de la FNAA et de la FNAP  pour ce rendez-vous obtenu auprès de la conseillère au cabinet de monsieur le Ministre. Nous avons rappelé la réalité du  transport sanitaire. L’étude neutre et objective, réalisée,  à notre demande, par le groupe  Xerfi , a servi de support pour recadrer la vision des ministères sur notre profession.

Nos arguments, renforcés par le plan stratégique de nos trois fédérations et par nos propositions,  nous ont permis de sortir du viseur du Ministère en ce qui concerne les professions réglementées. Nous avons précisé  qu’il n’y avait plus rien à dire, que le passage aux actes devenait urgent pour rétablir l’équilibre et enrayer l’envolée du taux de défaillance des entreprises du transport sanitaire. Nous avons souligné que la mise en œuvre de toutes ces propositions ne pouvait se faire que collectivement, avec tous les partenaires de la filière des soins, pour :
  •     Réguler et anticiper les flux des sorties hospitalières par la mise en place de plateformes    logistiques de régulation par département ou territoire.
  •     Dématérialiser les formalités administratives (Annexes, factures, prescriptions médicales).
  •     Développer le covoiturage sanitaire pour certains types de traitement itératifs.
  •     Réorganiser la réponse à l’urgence pré-hospitalière.
  •     etc

photoNous avons indiqué qu’il appartenait aux ministères de la Santé et à celui de l’Economie d’orchestrer tout cela, dans les meilleurs délais. Devant  la pertinence de nos propos nous avons été invités à poursuivre le débat directement avec  les services de la Présidence de la République. Nos  trois fédérations ont été reçues, dans la foulée, à l’Elysée,  par Monsieur Michel  Yahiel, conseiller social du Président de la République. Nous avons pu dire, une nouvelle fois, nos convictions et  notre vision  de la situation actuelle en quête d’un nouveau modèle économique. L’étude Xerfi  est venue en appui d’une réalité économique très  difficile pour les entreprises du transport sanitaire. Les administrations et les Ministères sortent de l’idée que l’accroissement du nombre de transport sanitaire règlera, de fait, les problèmes économiques de cette profession. Au-delà de la notion de tarif nous les avons invités à travailler sur l’optimisation de nouvelles organisations de la filière des soins. Nous avons pu leur faire admettre qu’il fallait sortir du paradoxe actuel qui constate que plus on travaille, plus on perd de l’argent, notamment en ce qui concerne les transports assis. Nous attendons leur adhésion et soutien au développement du plan stratégique sans attendre, puisque celui-ci est reconnu, par nos interlocuteurs, pour sa pertinence.  A ce sujet, Monsieur Yahiel  nous confirme la parution imminente du Décret sur l’UPH. Nous allons pouvoir engager les processus  expérimentaux dans les prochaines semaines, dès la parution de ce dernier.

Le social

business handshakeSi depuis de long mois nous avançons la nécessité de repenser notre modèle économique, il est important de préciser que ce modèle ne peut pas évoluer si  le social n’évolue pas en parallèle. C’est avec cet état d’esprit que nous intervenons dans les négociations paritaires. L’étude Xerfi, citée précédemment, sert de baromètre partagé pour réduire les risques d’incompréhension. A la dernière commission paritaire nous avons pu dire les hypothèses sur lesquelles pourraient s’appuyer ces négociations. Le 18 Novembre, lors de la prochaine réunion, nous dirons qu’il faut construire un nouveau socle social comme on a pu le faire en 2000. Il faut  la volonté et le courage de refondre cet accord comme cela fut fait voilà presque 15 ans. Les réflexions, que nous proposerons, tourneront autour de quatre piliers :
  1.     La définition du temps de travail effectif.
  2.     La protection sociale.
  3.     La formation.
  4.     La rémunération.

Garder l’expertise imposée par des mutations techniques, fonctionnelles et organisationnelles reste un enjeu vital. Nous devons nous moderniser pour donner aux entreprises la fluidité nécessaire aux exigences et mutations du système de santé. Un challenge conséquent s’ouvre aux employeurs et aux représentants des salariés. Souhaitons que cette construction  conduise notre profession à la modernité et à la stabilité !

La 17° Université du Transport Sanitaire An 3 14 et 15 Novembre à Bordeaux – Lac

logoDepuis la parution du programme de cette Université d’autres éminents experts ont donné leur accord pour y intervenir. Nous pourrons interagir avec Monsieur Jean Paul Delevoye, Président du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE). Sa connaissance du pays, du monde économique, des entreprises et des syndicats lui donne une vision large et ouverte sur les mutations à venir. Ancien parlementaire et ministre de la fonction publique, de l’aménagement du territoire et de la réforme de l’Etat il a assuré des fonctions de Maire, de Député et de Sénateur (pendant 10 ans). Ce regard diversifié et croisé lui donne sa légitimité pour Présider le CESE.  Cet  organisme conseille l’Assemblée Nationale,  le Sénat, le premier Ministre et le gouvernement. Il intervient lors de l’élaboration des lois et  des décisions relatives aux politiques publiques. Son éclairage, sur les 15 ans à venir, sera d’un grand intérêt pour nous qui sommes sur le chantier de la métamorphose de notre profession.  

Le futur s’écrit à Bordeaux.

Nos fédérations sont prêtes à accompagner les entreprises adhérentes dans ces profondes mutations dont la dynamique inéluctable est déjà en route.

La FNAA, la FNAP et la FNTS vous attendent, les 14 et 15 Novembre, à Bordeaux – Lac

0

Actualités, Flash infos

« Comprendre, anticiper et agir »

En réponse à un contexte difficile à appréhender, la FNTS définit sa ligne de conduite pour les prochaines années. Il s’agit d’établir des orientations compatibles avec notre contexte national et les mutations technologiques et énergétiques qui sont en marche. Un balayage systémique est nécessaire pour prendre en compte toutes les forces en présence, pour protéger la liberté d’entreprendre et soutenir l’initiative privée.

Dans la continuité du plan stratégique 2012 – 2015,  la FNTS a produit des études, des audits et fait des propositions soutenues par des expérimentations concluantes. De nombreux textes récents et à venir ont l’empreinte de tout ce travail.

Pour faire reconnaitre la pertinence de nos propositions nous travaillons de façon soutenue avec les ministères de la Santé, des Finances, avec la DGOS, la DSS et la CNAMTS pour convaincre et démontrer, de façon étayée, le bien-fondé de ce que nous avançons. C’est un travail en profondeur qui est produit. Il fait appel à des études économiques mises en avant pour dire la fragilité d’un grand nombre d’entreprises du transport sanitaire. Nous agissons dans les régions  avec les acteurs concernés pour redonner de la fluidité dans la gestion des lits et du transport sanitaire. C’est dans un esprit de partage et de compréhension mutuelle que des solutions contextuelles émergent.

La FNTS ne gomme pas les difficultés actuelles des entreprises. Elle connait bien leur état de santé. C’est en pleine conscience que la FNTS défend toutes les activités du transport sanitaire dans un souci de continuité et d’avenir.

Les inéluctables mutations énergétiques et les nouveaux modèles de communications impulsés par l’ère du Web, du Cloud et du 2.0 (deux point zéro) vont au-delà de la simple démarche de dématérialisation administrative. La troisième révolution industrielle est en marche. Des plans stratégiques se mettent en place pour remplacer les énergies fossiles. Des coopérations s’activent pour ouvrir de nouvelles voies de collaborations. Il ne nous sera pas possible de contourner une telle réalité. Régler l’équilibre économique par la simple revendication tarifaire nous conduirait à une impasse. Si le capital montre ses limites il nous invite à remodeler nos pensées et reconsidérer nos relations avec ce nouveau  monde en marche. L’avenir n’est pas ce qui viendra après nous  mais bien ce que nous engageons aujourd’hui…..

Un tel regard induit la nécessité de revoir notre modèle économique. Nous devons repenser nos organisations. Les relations hiérarchisées et les systèmes en silo vont écla1ter pour faire place à un pouvoir latéral alimenté de transversalité, de partenariat, de coopération et de mutualisation. Tout s’agite autour de nous. Les lieux traditionnels du pouvoir volent en éclat face à la rapidité avec laquelle circulent les informations.

C’est dans nos capacités à nous adapter que nous arriverons à inverser une conjoncture qui nous conduit dans une impasse.

Les manifestations stériles qui ne font que du bruit ne sont pas notre tasse de thé. Nous gardons cette énergie pour le jour où toutes les portes de la négociation nous serons fermées. Aller dans la rue pour défendre un modèle dépassé, est illusoire. Croire que l’on va pouvoir jouer encore longtemps avec des cartes obsolètes c’est tenter de sauver des meubles qui ne rentreront plus dans les modèles économiques de demain.

Nous invitons nos adhérents à devenir des forces locales aptes à stimuler les pouvoirs politiques, administratifs et économiques de leurs régions et départements pour ouvrir, en urgence, le chantier des mutations économiques et sociales de nos organisations. Au-delà de l’économie et du social, la réussite de cette métamorphose passera si  la confiance est là.

Les 4 piliers de nos engagements passent par :

  • la poursuite de la mise en œuvre du Plan Stratégique du Transport Sanitaire co-écrit avec la FNAA et la FNAP.
  • La mise en place d’expérimentations contextuelles et largement ouvertes aux acteurs concernés.
  • La volonté de convaincre et travailler avec nos partenaires et les administrations, à partir de nos propositions reconnues pertinentes, au plus haut niveau de l’état.
  • La quête d’un nouveau modèle économique qui optimise les organisations et valorise nos marges bien au-delà du simple débat tarifaire

_____________________________________________________________________

C’est dans cet état d’esprit que La 17° Université, An 3 du Transport Sanitaire, les 14 et 15 Novembre 2014, à Bordeaux Lac, co-organisée avec la FNAA et la FNAP,  a été conçue. Des services de l’Etat présenteront leurs travaux en cours autour du thème de la Santé et des transports sanitaires. Des hospitaliers viendront dire où ils en sont et comment ils envisagent de travailler, de façon transversale, avec leurs partenaires.

Des services de l’Etat présenteront leurs travaux en cours autour du thème de la Santé et des transports sanitaires. Des hospitaliers viendront dire où ils en sont et comment ils envisagent de travailler, de façon transversale, avec leurs partenaires. On abordera la formation continue des personnels de nos entreprises, par E-Learning. C’est un atout majeur pour maintenir la qualification des personnels tout au long de leur carrière. Nous pourrons entendre des experts nous dire l’avenir des régimes obligatoires et complémentaires. Enfin un débat sur la troisième révolution industrielle nous éveillera à son impact sur nos comportements, sur la réorganisation de nos économies et des relations humaines.

Nous attendons les entreprises du transport sanitaire pour ces rencontres résolument tournées vers l’avenir. Nous n’occulterons pas les réalités. C’est avec un optimisme mesuré que nous escomptons sortir du marasme ambiant sous réserve que cela se fasse avec le concours de tous.

A très bientôt

_____________________________________________________________________

Pour s’inscrire à la 17° Université du transport sanitaire, prenez contact au secrétariat de la FNTS, renvoyez vos bulletins d’inscriptions, téléchargeables via internet, à partir des sites des fédérations organisatrices ou dès réception du programme, dans vos boîtes aux lettres.

0